Flash d'information

 
Longines Masters - Longines Speed Challenge
The DD-Day !



Il ne manque décidemment aucune occasion de briller. Daniel Deusser, l’invincible, l’homme imbattable de la saison deux des Longines Masters a encore frappé ce soir dans le Longines Speed Challenge. Aujourd’hui il est l’homme le plus rapide du monde, tout simplement irrattrapable.

La journée avait très bien commencé pour le numéro 1 mondial et sa jument de 10 ans Happiness van’t Paradijs avec une victoire sans appel dans l’AsiaWorld-Expo Trophy, le couple la termine sur un petit nuage, remportant une des épreuves après laquelle le cavalier courrait depuis deux étapes déjà. « Cela fait deux fois que je saute le Longines Speed Challenge, deux fois que je passe un peu à côté de mon parcours. Ce soir, j’avais un peu plus de contrôle sur la jument, elle est en très bonne forme et elle était dans un très bon jour. J’en ai profité », raconte-t-il avec le sourire. L’Allemand prive ainsi Pius Schwizer de son succès, longtemps resté assis dans le fauteuil de leader provisoire, pour 20 centièmes de secondes. Il ne manquait plus que le tenant du titre 2016 de l’épreuve, Bertram Allen, pour venir déloger Lorenzo De Luca de la troisième place sur le podium. Après une victoire dans le Longines Grand Prix de Los Angeles, une troisième place dans celui de Paris et d’autres victoires toutes aussi prestigieuses les unes que les autres depuis plus de six mois, Daniel Deusser confirme sa suprématie actuelle sur la stratosphère du saut d’obstacles international.

Le Longines Speed Challenge de la deuxième saison des Longines Masters aura décidément fait parlé de lui. Par les formidables histoires des cavaliers vainqueurs sur chacune des étapes bien sûr, mais surtout par son tracé unique imaginé par le chef de piste italien Uliano Vezzani. On retiendra du Maestro son « anneau, gardien du temps » qui aura marqué l’esprit de tous les cavaliers qui se sont tentés à prendre le départ de cette épreuve la plus rapide au monde, considéré comme un véritable championnat du monde de vitesse sur trois continents. Le dernier volet de cette épreuve unique se clôt sur un souvenir mémorable, la barre est placée très haute pour l’année prochaine, on attend avec impatience ce qu’EEM nous concocte déjà pour la prochaine saison.

L'épreuve reine du weekend est à retrouver demain après-midi, le Longines Grand Prix. Daniel Deusser et Equita sont bien évidement les favoris, très attendus du public et redoutés des cavaliers, même si le cavalier approche l’épreuve avec toute la réserve dont il est capable : « la plus grosse échéance, c’est demain. Equita est en excellente forme donc j’espère sortir sans-fautes de la première manche. Si ça fonctionne dans ce sens, alors on peut s’attendre à tout ». Il faudra tout de même compter sur tous les autres cadors de la discipline présents ce week-end. Une belle compétition est à venir.

Outre les stars mondiales du saut d’obstacles, le Longines Masters de Hong Kong met également à l’honneur l’art de vivre et les spectacles tout au long des trois jours. Santi Serra a régalé les spectateurs de ses apparitions mettant parfaitement en lumière la relation particulière tissée entre l’homme et le cheval à travers un show présenté par Shanghai Tang, tandis qu’Alice On The Roof a ouvert la soirée de festivités avec un live concert exclusif de ses plus célèbres hits. La deuxième saison des Longines Masters se clôturera demain sur le Longines Grand Prix, le rendez-vous sans doute le plus important du week-end, à retrouver à partir de 15h00, heure locale.


______________________________________________________

 
Longines Masters de Hong Kong - Longines Grand Prix
German style!



La saison deux des Longines Masters se clôture telle qu’elle a commencée, par une victoire spectaculaire dans son épreuve phare, le Longines Grand Prix. Christian Ahlmann ne partait probablement pas grand favori, mais en grand champion qu’il est, il a su monter cette épreuve à la perfection, comme toujours pourrait-on dire. Un superbe clap de fin sur cette nouvelle année du Grand Slam Indoor dont la conclusion ne pourrait être plus positive pour la suite.

Le chef de piste italien Uliano Vezzani avait décliné dans son tracé du Longines Grand Prix toute la technicité et tous les artifices dont lui seul est capable de faire preuve. La première manche était difficile, du niveau attendu pour un Grand Prix 5*, avec deux juges de paix, deux palanques, assez redoutés des cavaliers et qui les auront effectivement bien départagées. A la différence d’un Grand Prix traditionnel, le Longines Grand Prix de Hong Kong se courrait avec une deuxième manche à 12 cavaliers, sans remise à zéro des compteurs. Parmi eux Roger-Yves Bost, Simon Delestre, John Whitaker, Lorenzo de Luca mais aussi deux femmes : Edwina Tops-Alexander et Pilar Lucrecia Cordon. La deuxième manche sera tout aussi technique où les cavaliers prendront tous les risques dans le but de s’installer dans le fauteuil bleu de leader. On s’attendait alors à voir dominer des cavaliers d’expérience et des chevaux très rapides au sol, ils auront fait mentir les pronostics.

Christian Ahlmann est lui-même surpris d’avoir su s’imposer devant des couples bien plus expérimentés : « Je ne m’y attendais pas. Caribis Z est un très bon cheval, avec de grandes qualités, mais il n’avait pas sauté beaucoup d’épreuves à ce niveau ». Effectivement, le gris était considéré comme un très bon deuxième cheval, mais c’était sans compter sur l’expertise du champion allemand, capable de tirer le meilleur de ses chevaux. C’est également ce que tenait à souligner son compatriote, Ludger Beerbaum, deuxième de ce Grand Prix : « J’ai beaucoup de respect pour ce que Christian a fait aujourd’hui. Il a fait le voyage avec un cheval inexpérimenté, sachant parfaitement qu’il ne serait pas dans les favoris pour le Longines Grand Prix. Mais je pense que l’on peut tous s’accorder sur le fait qu’il a monté avec une telle précision, une telle perfection, à son meilleur niveau, qu’il mérite amplement cette victoire ». Une reconnaissance qui n’a pas laissé le cavalier Zangersheide insensible.

A la troisième place, on retrouve un autre allemand, natif, concourant sous couleurs autrichiennes, Max Kühner. A noter l’excellente performance de Lorenzo de Luca dont l’étalon Halifax van het Kluizebos participait pour la première fois à un Grand Prix 5* et qui termine à la cinquième place, derrière le légendaire John Whitaker.

Ahlmann succède ainsi à Marco Kutscher, grand vainqueur de l’édition 2016 à Hong Kong, et clôture superbement la deuxième saison de la série Longines Masters. Il s’engage par la même occasion dans la course au Grand Slam Bonus de 1 million d’euros dont l’histoire se poursuivra prochainement à Los Angeles. La Cité des Anges sera également l’occasion pour les équipes d’EEM de mettre en place toutes les nouveautés qui se préparent dès maintenant en coulisses afin de toujours proposer le meilleur du sport et de l’art de vivre à chacun de leurs événements.

L’heure est avant tout au bilan, plus que positif selon Christophe Ameeuw, PDF et Fondateur d’EEM : « Le Longines Masters de Hong Kong est un vrai succès. Je suis très content de cette deuxième saison et merci à tous, nos sponsors, les cavaliers, le public, les équipes organisatrices, sans qui tout cela ne serait pas possible. Aujourd’hui, on peut parler d’Hong Kong comme de la capitale équestre asiatique et c’est une réelle fierté d’avoir amené les Longines Masters à un tel niveau. Nous faisons voyager les meilleurs cavaliers et chevaux dans trois des plus belles villes au monde et je pense que c’est la meilleure crédibilité et visibilité possible pour notre sport ». Avec toujours l’idée en tête de pousser plus loin leurs limites, voyons ce qu'EEM nous concocte pour la saison prochaine…  

Les rendez-vous de la saison 3 à ne pas manquer :

Longines Masters de Los Angeles : 31 août au 3 septembre 2017
Longines Masters de Paris : 30 novembre au 3 décembre 2017
Longines Masters de Hong Kong : du 9 au 11 février 2018

______________________________________________________

 
Longines Masters de Hong Kong
Retour gagnant de Martin Fuchs!



Ils n’avaient plus fait de résultats depuis un certain moment, les revoir sur la première marche du podium du Hong Kong Jockey Club Trophy donne le sourire. Martin Fuchs et Clooney forment un couple complice et attachant, assez serein pour effectuer un winning-round dans la légèreté et le contrôle qui leur sont connus et devancer ainsi les cadors de la discipline.

Le cavalier est un habitué des podiums aux Longines Masters, comptant entre autres des victoires dans le Grand Prix à Paris en 2014, puis dans ce même Hong Kong Jockey Club Trophy en 2015 et dans le Miasuki Trophy de Paris la même année. Il fait ce soir son retour à la compétition après son impressionnante chute à Zurich, qui lui vaudra un nez cassé, toujours un peu douloureux aujourd’hui : « je n’ai plus très mal à part quand je touche mon nez. D’ailleurs hier, alors que je détendais Clooney, il m’a mis un très gros coup d’encolure qui m’a valu quelques larmes (sourire)… », mais le goût de la victoire aide à faire passer la douleur assure-t-il. « J’étais très motivé par cette épreuve. Je savais que ça allait être un bon winning-round, avec tous les bons cavaliers alignés. Mais j’ai pu retirer quelques foulées dans deux lignes et même si Clooney n’est pas très rapide au sol, j’ai réussi à lui faire couper certains tournants et allonger sa foulée au meilleur moment. Je suis vraiment très content » !

Ce soir, ils devancent sur le fil du rasoir deux couples des plus en forme en ce moment, Simon Delestre et Chesall Zimequest, ainsi qu’Emanuele Gaudiano et Caspar. Il les retrouvera évidemment dimanche, dans le Longines Grand Prix, qu’il attend maintenant avec impatience : « Clooney a une belle réputation de sans-faute dans les Grand Prix et avec cette victoire ce soir, je sais que je vais pouvoir le pousser un peu. J’espère qu’on aura la même chance ».

La fête bat maintenant son plein dans le Village Prestige. Demain, la journée s’annonce grandiose, avec du sport de très haut niveau dans le Longines Speed Challenge et du spectacle avec un concert live d’Alice On the Roof et les apparitions du chuchoteur espagnol Santi Serraprésenté par Shanghai Tang. Place également à la jeune génération, aux JETS, qui feront leur première apparition officielle sur la piste mythique du Longines Masters de Hong Kong.


______________________________________________________

PHOTOS LIBRES DE DROIT ICI
Merci de mentionner les copyright indiqués.

Retrouvez le programme complet des compétitions et des spectacles ici


 

Longines Masters de Hong Kong
Les deux font la paire!



Ces deux-là sont connus pour leur vitesse dans leur sport respectif. L’un trône indéniablement depuis de nombreuses années sur le Hong Kong Jockey Club, l’autre est l’un des cavaliers les plus redoutés lors d’un barrage de Grand Prix car « tant que Bosty n’est pas passé, l’épreuve n’est pas gagnée ! ».

Atypique, l’épreuve associe les meilleurs cavaliers de saut d’obstacles aux meilleurs jockeys du moment dans un relai sur un parcours d’obstacles. L’objectif pour chaque équipe est de ne commettre aucune faute, mais surtout de terminer son relai le plus rapidement possible. Un défi qui entraîne le public, se prenant au jeu et encourageant ses idoles. Avant l’épreuve, dans les tribunes et le Village Prestige, on donnait la paire Roger-Yves Bost-Joao Moreira gagnante à 100 contre 1.

Ils n’ont pas fait démentir les pronostics : ce soir lors de la célèbre Race of the Riders du Longines Masters de Hong Kong, la « Team Magic » remporte l’épreuve haut la main. Surtout, ils ont pris plaisir à battre (plus de 9 secondes d’avance à chacun des tours) leurs concurrents, et plus spécialement le gagnant de l’année passée, numéro 1 mondial actuellement, Daniel Deusser, associé cette fois-ci à Neil Callan pour la « Team Blaze ». La « Team Hong Kong », Jacqueline Lai – Vincent Ho, et la « Team Flames », Simon Delestre – Derek Leung, n’auront malheureusement pas passé le premier tour.

Il n’empêche, chacun a apprécié mettre en lumière son sport dans cette épreuve hors du commun, très appréciée du public. « L’atmosphère était géniale. Même si les gens ici, à Hong Kong, connaissent mieux les courses par rapport aux sports équestres, on peut voir qu’ils ont pris plaisir à découvrir et comprendre notre discipline grâce à cette épreuve », expliquait Bosty en sortie de piste.

Le Hong Kong Jockey Club sera de nouveau à l’honneur ce soir, avec le KHJC Trophy, où 27 cavaliers prendront le départ d’une épreuve à winning-round à 1,50m. Place au sport !


______________________________________________________

PHOTOS LIBRES DE DROIT ICI
Mot de passe : LMHK2017

Retrouvez le programme complet des compétitions et des spectacles ici


CONTACT PRESSE EQUESTRE EUROPEENNE
R&B Presse
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Téléphone : +33 6 71 91 66 88


Domaine de Chantilly

Les ÉquiÉtudes :
Rencontres et salon du bien-être du cheval de sport

Samedi 18 mars 2017

PREMIÈRES RENCONTRES POUR LE BIEN-ÊTRE DU CHEVAL DE SPORT À CHANTILLY

 
Le Domaine de Chantilly propose la première édition des ÉquiÉtudes, une journée consacrée au bien-être du cheval mais également du cavalier à travers des rencontres, des conférences et un salon sur ce thème.

Un nouveau rendez-vous pour une équitation consciente, responsable et en recherche avec notamment une prestigieuse intervenante, Gillian Higgins internationalement reconnue et célèbre pour sa pédagogie par le biais de la peinture sur les chevaux.

Nées de la rencontre entre Sophie Bienaimé, directrice équestre du Domaine de Chantilly et Annette Rancurel, scientifique de formation, les ÉquiÉtudes proposeront aux utilisateurs les clés essentielles pour une équitation « durable » préservant la santé physique et mentale du cheval et donc sa longévité. Un événement qui se propose de mettre en lumière les facteurs indispensables au bien-être du cheval de sport.

L’ambition des EquiÉtudes est d’apporter des éléments solides de réponse et surtout d’aider le cavalier à réfléchir de façon autonome, à discerner et à trouver lui-même ses propres solutions en s’appuyant sur les pistes scientifiques et issues de l’expérience de terrain qui seront proposées à Chantilly ce jour-là.

La journée se composera de six conférences données sous le dôme des Grandes Ecuries. Gillian Higgins, mondialement reconnue par le monde scientifique pour ses peintures de l’anatomie interne (de la locomotion) sur l’extérieur du cheval, permettant de comprendre son fonctionnement, et auteures de livres traduits dans plusieurs langues, interviendra à trois reprises sur les thèmes de l’anatomie, de la locomotion et en proposant une première solution pour le bien-être via le Pilates.

 
Quatre autres invités délivreront également des clés essentielles pour une équitation consciente en recherche du bien-être du cheval que les auditeurs pourront immédiatement appliquer de retour chez eux (posture du cavalier, adéquation de la selle, du mors).

Un Salon situé dans la Nef ouest des Grandes Écuries permettra de découvrir quelques acteurs de l’industrie équestre dont l’offre est en phase avec la philosophie des ÉquiÉtudes.

Les ÉquiÉtudes s’adressent à tous les cavaliers, amateurs ou professionnels, de toutes disciplines, désireux d’aller plus loin dans la performance grâce à un cheval serein et sans souffrance, mais également aux professionnels – entraineurs, selliers, enseignants, vétérinaires... – de la filière équestre.

 


Plus d'informations sur les intervenants dans le communiqué de presse à télécharger grâce au lien ci-dessous.

_________________________________________
Informations pratiques
Billetterie
Le samedi 18 mars aux Grandes Ecuries de Chantilly.
Tarif 60 € en prévente sur le site internet du 13 février au 17 mars ou 80 € sur place le 18 mars.

Informations et réservations : www.domainedechantilly.com
Le prix comprend également la visite du Musée du cheval et des Grandes Ecuries.

Restauration sur place

 
 
CONTACTS PRESSE
Agence RB Presse
Tel: +33 (03) 44 620 621 ou +33 (0)6 71 91 66 88
Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Cliquez ici pour visualiser la pièce jointe : EquiEtudes.pdf


Retour des Métamorphoses aux Grandes Écuries de Chantilly
Un spectacle équestre onirique, à la croisée des arts.

 


Après une première saison triomphale (23 000 spectateurs) Métamorphoses revient sous le dôme des Grandes Écuries, à partir du 2 avril. Rendant hommage aux vers d’Ovide, ce spectacle allie art équestre, créations musicales originales, danse contemporaine et acrobatique. Un spectacle hors du commun à découvrir ou à revoir jusqu’au 5 novembre prochain et lors de deux soirées exceptionnelles en octobre.

 
Créé en avril 2016, Métamorphoses a enchanté plus de 18 000 spectateurs sous le dôme majestueux des Grandes Écuries du Domaine de Chantilly. Au début de ce mois de février, une version « grande piste » a été présentée sur l’arène du Jumping International de Bordeaux où il a été salué par une standing ovation de plus de 5 000 spectateurs !

Le public des Grandes écuries sera bientôt de nouveau transporté par les légendes de la mythologie revisitée par Sophie Bienaimé, directrice équestre et artistique, ses cavalières, le danseur Antoine Lafon et les chanteurs et musiciens de la formation Sarocchi. De Diane Chasseresse à Proserpine en passant par le Fil d’Ariane et Argus, la mythologie inspire les numéros équestres de Métamorphoses. « Le travail et le talent de nos chevaux sont particulièrement mis en valeur dans nos numéros dont certains ont évolué par rapport à l’an dernier, notamment grâce à cette sortie bordelaise. Certains de nos chevaux sont en effet capables d’exécuter tous les airs d’un Grand Prix de dressage olympique et il est important de le faire découvrir à travers nos créations », explique Sophie Bienaimé. L’équitation légère, l’Art équestre de tradition française (classé au patrimoine immatériel de l’UNESCO) a ainsi trouvé un temple et un conservatoire sous les voûtes des Grandes écuries.

La prestation du danseur et acrobate Antoine Lafon, l’invité de ce spectacle, apporte douceur et émotion, notamment lors de ses duos avec les écuyères. Dans le sable de la piste bordelaise, et malgré sa dimension, le danseur a impressionné. Sur la piste de 13 mètres de Chantilly, il trouve une proximité avec le public qui lui correspond bien. « Malgré la taille du dôme, sa hauteur, je trouve la scène relativement petite, assez intimiste, c’est très paradoxal. La proximité avec le public, la piste ronde, tout est fait pour qu’on s’y sente bien et c’est très agréable ». Chacune de ses apparitions dans les différents tableaux met en valeur ses qualités d’artiste. Il sublime à la fois ses partenaires et l’univers d’Ovide qu’il transmet avec passion : « avec Métamorphoses, je travaille plus le mouvement, la danse, plutôt que les acrobaties ou cascades que je fais généralement. C’est un univers plus contemporain, assez différent de ce que je fais habituellement, ce qui a impliqué beaucoup de recherches », raconte-t-il.



 
Ce spectacle équestre vit également à travers les compositions de Benoît Sarocchi et Jean Lou Descamps mais également grâce aux chants de la formation Sarocchi. « Toutes les musiques que nous avons composées sont d’inspiration traditionnelle, aussi bien balkanique que parfois légèrement orientale. D’autres morceaux sont plus intemporels, avec un point de vue cinématographique. Nous chantons en latin, ce qui sort de notre registre originel. Les paroles sont des extraits des Métamorphoses d’Ovide. Ainsi, le latin redevient ici une langue bien vivante », assure Benoît Sarocchi. Un univers musical d’une rare authenticité, mis en valeur par les volumes du dôme dans lequel les voix se transcendent et transportent le public.


Les créations poétiques de la costumière Monika Mucha participent grandement à la féérie du spectacle.

 
Tout comme la musique, les tenues de scène sont un spectacle à elles seules. Pour Monika Mucha, styliste costumière, « les costumes font partie de l’ensemble du spectacle, c’est la deuxième chose à laquelle le public prête attention après les chevaux. Il est donc important que les tenues soient parfaitement portées et pratiques pour que les cavalières évoluent sur leurs numéros. Mais surtout, elles doivent être en phase avec le thème du spectacle. Par exemple, pour Métamorphoses, j’ai choisi des tenues épurées mettant en valeur la grâce et la délicatesse des cavalières », explique la styliste. Chaque pièce portée au cours des représentations est ainsi le fruit d’une réflexion artistique et d’un travail méticuleux, participant à la féérie de ce spectacle pensé pour toute la famille.


Le subtil jeu d’ombres et de lumières, signé Thomas Jacquemart, sublime chaque tableau.

 
____________________________________________

Photos et affiche libres de droits disponibles ici : https://we.tl/FvWr7iaKVl
Merci d'indiquer le ©RBpresse

Vidéo de présentation du spectacle : https://we.tl/PBxcpR3A9w

Informations pratiques :
Dates de représentation, à 14h30 (1h)
Avril : les jeudis 6, 13, 20, 27; les samedis 15, 29 & les dimanches 2, 9, 16, 23, 30.
Mai : les jeudis 4, 11, 18, 25; le samedi 6 & les dimanches 7, 14, 21, 28.
Juin : les jeudis 1, 8, 15, 22, 29 & les dimanches 4, 11, 25.
Septembre : les jeudis 14, 21, 28 & les dimanches 17, 24.
Octobre : les jeudis 5, 12, 19, 26 & les dimanches 8, 15, 22, 29.
Novembre : le jeudi 2 & le dimanche 5.
Inédit : deux nocturnes sont prévues les samedis 21 et 28 octobre à 19h.

Save-the-Date : Les EquiEtudes
A noter, un nouveau rendez-vous important dans la vie équestre du Domaine de Chantilly en 2017 : le premier salon-colloque autour du bien-être du cheval de sport, EquiEtudes. L’invitée d’honneur sera l’Anglaise Gillian Higgins, kinésithérapeute humain et équin (HORSES INSIDE OUT), qui explique notamment la locomotion et les possibles origines d’inconfort chez le cheval en dessinant sur sa robe son « intérieur », ossature et musculature (samedi 18 mars).
 
 
_______________________________________________________________________________________

 

Cliquez ici pour visualiser la pièce jointe : Metamorphoses2017.pdf

Jumping International de Bordeaux


Dépêche presse, dimanche 5 février 2017


Dépêche presse, dimanche 5 février 2017

Jumping International de Bordeaux
Grand Prix LAND ROVER
Barème A au chronomètre avec barrage – Hauteur : 1,60m

 
Peter Devos, un cavalier... Apart


Issu d’une famille de cavaliers, le Belge âgé de 31 ans, vainqueur du Grand Prix Land Rover de Bordeaux est un cavalier « à part ». Cela ne fait qu’une petite dizaine d’années qu’on le voit sur le circuit – c’était la première fois à Bordeaux – et pour cause, sa carrière a été un peu ralentie par des études supérieures des marketing.

L’homme est différent car après sa victoire, il a tenu à aller saluer Eric Dulong, Président de Congrès et Expositions de Bordeaux et Sabine Zaegel, Directrice du Jumping pour les remercier de l’avoir accueilli à Bordeaux. Un geste rare de la part d’un sportif qui méritait d’être souligné. Sur le terrain, le Belge a été également grandiose avec un cheval qu’il a construit patiemment, Apart, un hongre hollandais de 13 ans qui avait fait tranquillement ses classes avec l’épouse du cavalier belge, la Néerlandaise Caroline Poels. Le parcours de ce barrage était plus classique que celui d’hier avec toute la panoplie : lignes où galoper (en essayant de diminuer le nombre de foulées), virages à négocier et options, enfin une option sans laquelle il était impossible de gagner. Cette option, la Française Pénélope Leprévost fut la première à la prendre (il s’agissait de couper devant un vertical pour en sauter un autre de biais), mais, disait-elle, avait un peu failli dans les autres exercices. Peu importe car après presque six mois de disette post-olympique (« pas la plus agréable période de ma carrière », avouait-elle) la Normande renouait avec un double sans-faute en Grand Prix avec Ratina d’la Rousserie. Un Grand Prix qu’elle affecte particulièrement pour avoir été la seule femme à l’avoir remporté (l’an dernier avec Nice Stéphanie) et qui porte le nom de son sponsor, Land Rover.

Pieter Devos a donc été parfait avec un cheval qu’il considère désormais comme un pilier de son écurie et que l’on reverra dans le grand bain cette saison. Peut-être à Omaha puisque le Belge est qualifié pour la finale de la Coupe du monde Longines FEI dans deux mois.

Le jeune Irlandais Bertram Allen (Izzy by Picobello) et l’Allemand Ludger Beerbaum (Chaman) complètent ce très beau podium, mais une fois de plus, ce dernier reste maudit : en près de 20 ans de fidélité au Jumping, il n’aura toujours pas réussi à y remporter une des deux épreuves majeures. Pas grave, on le reverra certainement encore l’an prochain : s’il s’est retiré de l’équipe nationale d’Allemagne, notre homme affiche toujours de l’ambition sur le circuit international : « Et j’adore vraiment ce Jumping et son public qui ont su garder leur authenticité en gardant le sport placé au premier plan ».



Épreuve barème A avec barrage - Hauteur : 1,60m FEI Art. 238.2.2 - CSI5*-W
12ème étape qualificative (sur 13) de la Coupe du monde Longines FEI de saut d’obstacles

 
Julien Epaillard : l'invité surprise.


On attendait nos champions olympiques… ils ont fait preuve d’homogénéité en faisant tous 4 points (sauf Philippe Rozier qui n’a pas pu prendre le départ car Rahotep de Toscane a eu un petit souci). On attendait les « grosses cylindrées » allemandes, les Ahlmann, Deusser, Beerbaum (malheureux au barrage) ou Ehning, qui n’a même pas franchi le stade de la première manche. Mais ce fut la soirée des surprises…
 
La première fut ce parcours qui semblait compliqué à la reconnaissance et qui a pourtant laissé passer 19 sans-faute. Mais parmi ces 19, on ne retrouvait que 7 ou 8 favoris. Le Normand Julien Epaillard – et il était le premier à en convenir – ne faisait pas partie de ceux-là. Pour tout vous dire, il n’avait encore jamais gagné de Grand Prix Coupe du monde de sa belle et longue carrière. Un surdoué disait-on de lui quand il sortait de l’adolescence à la fin des années 90. Oui mais voilà, encore fallait-il qu’il puisse dénicher ou garder des chevaux à la hauteur de ce talent. Il lui aura fallu attendre de rencontrer sa sponsor et propriétaire, Caroline Sablereau de La Laiterie de Montaigu, pour qu’il se voit confier des chevaux voici 5 ans. Puis il a fallu le temps que ces chevaux se construisent et que parmi eux un, sorte du lot. Ce cheval-là, c’est Quatrin de la Roque qui est arrivé à la Bosquetterie (les écuries normandes de Julien et de Susanna, sa femme espagnole) dans le but d’être valorisé et commercialisé. Mais le jour où le cheval débarquait, Caroline Sablereau, en vacances à Deauville, se trouvait-là presque par hasard et a eu un coup de foudre pour ce hongre qu’elle trouvait cependant un peu trop imposant. Pourtant dès la première sortie du couple, dans un Grand Prix en Allemagne soldé par une victoire, Caroline et Julien furent convaincus qu’ils devaient eux-mêmes acquérir Quatrin d’urgence. Un an plus tard, le cheval gagne l’une des plus prestigieuses épreuves du circuit : le Grand Prix Coupe du monde de Bordeaux. Et ce, dans un contexte pas évident : un barrage à 19 toujours difficile à gérer. Julien Epaillard, que l’on a souvent vu triompher dans des épreuves de vitesse l’emporte avec presque deux secondes d’avance sur le Néerlandais Leopold van Asten (VDL Groep Zidane NOP). Le Normand entre dans le classement de la Coupe du monde avec 20 points à la 37ème place, mais il n’a pas l’intention d’aller tenter le diable en essayant d’aller décrocher dans trois semaines à Göteborg, une place pour la finale étasunienne d’Omaha : « Le cheval n’est pas encore prêt pour une telle échéance et nous avons d’autres objectifs avec lui ». Lesquels ? Secret pour l’instant.
 
Le jeune Allemand Guido Klatte (21 ans) était l’autre surprise de ce podium. Tout juste sorti de la catégorie « Jeunes Cavaliers », il a participé à son premier « cinq étoiles » à la fin de l’année dernière et à Bordeaux, il entérine sa qualification pour sa première finale de Coupe du monde : « C’était le but en venant ici. Je n’ai pas cherché la victoire, je voulais les points. Mais j’ai vécu l’expérience d’une troisième place à Bordeaux, de cette salle, de ce public incroyable. L’ambiance ici est unique, je n’ai jamais vécu cela, même en Allemagne », s’enthousiasmait le « junior ».
 
Un commentaire qui a fait plaisir à Eric Dulong, Président de Congrès et Exposition de Bordeaux : « Guido a raison, le Jumping International de Bordeaux est un événement unique. D’une année sur l’autre, les gens attendent l’événement, les gens en parlent. Nous avons encore augmenté la capacité de 450 places en la portant à 7250 sièges et les tribunes étaient encore remplies. Cette ferveur du public est quelque chose d’unique me dit-on. C’est la récompense du travail de la directrice de l’événement, Sabine Zaegel, et de ses équipes ».
 
Rendez-vous dimanche pour la dernière journée avec en point d’orgue le Grand Prix Land Rover à 14H00 : la revanche des favoris ?


___________________________________
INFORMATIONS PRATIQUES
Jumping International de Bordeaux
Du 2 au 5 février 2017

Visuels libres de droits disponibles ici : https://we.tl/tfxZEIf1Dl
Merci de mentionner le ©RBpresse.


Renseignements et réservations sur :
http://www.jumping-bordeaux.com



(Barème A au chrono - Hauteur : 1,45m)

 
Scott Brash : enfin vainqueur à Bordeaux !

 

(©Sportfot)

On pourrait presque parler d’une victoire « historique » puisque le crack de l’équitation britannique, celui qui a été pendant de longs mois n°1 mondial (n°9 actuellement), le seul cavalier de l’histoire à avoir remporté le Grand Chelem Aix-la-Chapelle – Calgary – Genève, l’Écossais Scott Brash n’avait encore jamais gagné à Bordeaux.

C’est maintenant chose faite avec cette victoire dans le Prix Foire Internationale de Bordeaux grâce à Hello Annie qui elle, n’avait plus gagné depuis 2015. Une journée qui commence bien pour le Britannique : « Il était temps que je gagne ici, c’est un concours fantastique, c’est le genre de concours où la victoire a une saveur particulière. Annie a été formidable aujourd’hui, elle a très bien sauté ». Une victoire qui s’est jouée sur le fil : 18 centièmes d’avance sur le Colombien Carlos Lopez et Cuplandra. En revanche, pas sûr que Scott Brash court après une autre victoire ce soir en Coupe du monde FEI Longines avec Ursula XII : « Il me manque encore quelques points pour me qualifier pour la finale d’Omaha (une demi-douzaine à vrai dire, il est 13ème au provisoire avec 35 points, NDLR), c’est donc ma priorité ici ». Et donc on peut imaginer que s’il se qualifie pour le barrage, l’objectif sera de décrocher un bon classement plutôt que de risquer la victoire… ou de tout perdre !



___________________________________
INFORMATIONS PRATIQUES
Jumping International de Bordeaux
Du 2 au 5 février 2017

Visuels libres de droits disponibles ici : https://we.tl/LZC4qtQjc5
Merci de mentionner le ©Sportfot.




DEVOUCOUX INDOOR DERBY

 
Le triplé de Karim Laghouag.

 

(©Sportfot)

Un succès fou : le Devoucoux Indoor Derby fait désormais partie des « piliers » du Jumping International de Bordeaux. L’épreuve unique en son genre a su retenir les 7 000 spectateurs jusqu’au bout de la nuit, dans une ambiance folle, folle, folle.

Une liste de départ des plus prestigieuses avec trois des quatre champions olympiques français : Astier Nicolas, Mathieu Lemoine et Karim Laghouag (vainqueur 2015 et 2016), mais également les deux premières marches du podium individuel de Rio, l’Allemand Michael Jung (qui avait également brillé l’après-midi dans la première épreuve du Jumping, le Prix Bordeaux Events dont il avait pris la seconde place avec Fisher Daily Impressed) et encore Astier Nicolas, « l’argenté du Brésil ». Parfaitement affûté sur ces épreuves de Derby Indoor – il n’en a pas perdu une seule de la saison, de Stuttgart à Paris en passant par Genève, un autre Français, Sydney Dufresne, était le grand favori de cette édition 2017 !

Pour autant, c’est bien le couple Karim Laghouag et Punch de L’Esques qui réalise l’exploit de s’imposer pour la troisième année consécutive sur la piste bordelaise. Porté par « son » public, le médaillé olympique : « plane totalement ! J’ai gagné les Jeux olympiques par équipe, ensuite j’ai gagné une voiture avec Punch dans la même semaine à Bonnevalle alors que j’étais encore sur mon nuage et là, ça me remet un petit coup de boost agréable. C’est redynamisant pour la saison à venir ». Bordeaux est un concours sur lequel il se sent bien : « entre tous les derby cross indoor, je pense que le profil de Bordeaux est le meilleur. Pas seulement parce que j’ai gagné mais je pense que les chevaux sont vraiment mis dans le confort et mis en sécurité grâce au barème proposé. Et puis, j’ai une pression positive, due à mes victoires ici, qui me porte vraiment et me pousse à faire des choses extraordinaires avec un cheval extraordinaire ».

Une très belle victoire pour une grande soirée en l’honneur d’une discipline qui nous a fait tant plaisir l’été dernier et qui avait donné un sacré coup de projecteur sur l’équitation française.



PRIX FRENCH TOUR GENERALI
(Barème 1 au chronomètre, 1,50m)
 
Marseillaise pour... l'Ukrainien Chadino!

 


Chadino est un magnifique cheval bai, une sorte de grand pur-sang, originaire de l’Oldenbourg, une grande région d’élevage en Allemagne, que l’on avait vu longtemps sous la selle de l’Ukrainien Ferenc Szentirmai, notamment aux Jeux équestres mondiaux de Caen en 2014 ainsi qu’aux J.O de Rio l’été dernier. Les performances étaient, avouons-le, modestes. Aujourd’hui, le beau bai a rejoint les écuries du n°5 mondial, le Français Simon Delestre avec qui il signe vendredi soir à Bordeaux sa première victoire internationale, son premier podium même.

Le Lorrain ne cache pas ses ambitions avec cette nouvelle trouvaille qu’il monte depuis le mois de septembre comme le prouve cette victoire sur un parcours qui n’était pas des plus simples : « Un bon parcours, bien construit, comme d’habitude avec Uliano Vezzani. Je suis hyper content car à la base Chadino n’était pas le plus rapide des chevaux, mais aujourd’hui, avec le contrôle que j’ai, je peux profiter de sa grande action (foulée) sur laquelle il peut faire la différence ce qui est de bon augure si on sait qu’aujourd’hui, tous les barrages de Grand Prix se courent vite. C’est un cheval qui a un rayon exceptionnel, des moyens énormes, un cheval capable de tout faire et si maintenant, il peut être rapide, c’est absolument génial. C’est un crack, c’est un cheval qui, je pense, a tout ».

Simon Delestre a de la chance. Demain, dans le Grand Prix de la Coupe du monde FEI Longines, le tirage au sort lui a attribué la quarantième et dernière place sur la grille de départ. Ce qui, en saut d’obstacles est un avantage indéniable car dans ce sport, plus on part avec des informations récoltées au détriment des problèmes des autres et plus on a de chance d’éviter les erreurs, notamment au barrage : « Mais avant le barrage, il faut déjà faire sans faute ». Demain, Chadino sera au repos (on le reverra dimanche dans le Grand Prix) et le public pourra supporter Simon avec Qlassic Bois Margot. Le cavalier Lorrain est pratiquement déjà qualifié pour la finale d’Omaha (Nebraska, 29 mars au 2 avril) et demain, même avec un petit classement, il devrait valider son billet, mais l’homme est plus ambitieux que cela : « Je pars dans chaque épreuve avec toujours un maximum d’ambition, ensuite, il est clair qu’Omaha est un des gros objectifs de cette saison ».

Parmi les treize cavaliers français au départ de cette étape bordelaise de la Coupe du monde FEI Longines (samedi à 20H30), hormis Kevin Staut solide leader de la Ligue européenne, et Simon Delestre, ils sont trois autres tricolores, à pouvoir valider leur voyage en Amérique : les Champions olympiques Roger-Yves Bost et Pénélope Leprévost et le local de l’étape, Olivier Robert pour lesquels les 7 200 spectateurs devraient vibrer demain soir.

Depuis hier, avec le spectacle Métamorphoses, et avec cette épreuve de ce soir ainsi que le Devoucoux Indoor Derby qui a encore fait un tabac, le hall 3 ne désemplit pas et on se dirige assurément vers un nouveau record d’affluence pour cette édition 2017.

 
___________________________________
INFORMATIONS PRATIQUES
Jumping International de Bordeaux
Du 2 au 5 février 2017

Visuels libres de droits disponibles ici : https://we.tl/qWWyA6G6Pi
Merci de mentionner le ©RBpresse.


Renseignements et réservations sur :
http://www.jumping-bordeaux.com


Contacts Presse
R&B Presse
Pascal Renauldon – Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Jessica Rodrigues – Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Diane Prouhet – Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Téléphones : +33 (0) 3 44 62 06 21 / +33 (0) 6 71 91 66 88

Congrès et Expositions de Bordeaux
Marie-Sol Fournier & Elodie Campello
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Téléphone : +33 (0) 5 56 11 99 32/43